Je m’assois toujours sur ce banc

, par matthieu guérin

Contrairement aux apparences, l’arpenteur n’a pas disparu.